Vidéo

Londres : des installations très soviétiques 89 video https://img.vidible.tv/prod/2017-10/18/59e7ca15d0e3cf7a891275ef/59e7ca15c5ab0e3ec28b3b9b_o_F_v0.jpg La Tate Modern à l’heure des Soviets avec cette expo intitulée “Tout le monde ne sera pas du voyage vers le futur”. Elle présente les oeuvres de Ilya et Emilia Kabakov. De grandes installations non dénuées d’humour sur cette époque particulière. L’exposition coïncide avec le centième anniversaire de la révolution d’octobre Juliet Bingham, commissaire de l’exposition : “Et bien le contexte dans lequel travaillent ces artistes reposait sur la situation soviétique, dans laquelle ils ont grandi avant d‘émigrer vers l’ouest. Et souvent leur travail explore les souvenirs et le contexte particulier dans lequel ils vivaient. L’une des caractéristiques du travail des Kabakov c’est cette idée de l‘évasion et aussi ce retour vers l’idée de l’utopie sur la façon dont il est possible d’y parvenir.” Emilia Kabakov : “Avant tout, nous venons d’un monde qui a essayé de changer la vie des gens et de créer une utopie plus grande que la vie. Pourquoi donc ne pas faire en sorte que le monde soit meilleur et que nos installations soient plus importantes ? Après tout la Russie était la première et la meilleure, même les montres russes étaient les plus rapides. Et donc nos installations sont les plus grandes.” “Tout le monde ne sera pas du voyage vers le futur”, exposition de Ilya et Emilya Kabakov, pionnier des installations artistiques, à la Tate Modern jusqu’au 28 janvier. Euronews French News World News 2017-10-18 21:35:10
Londres : des installations très soviétiques
La Tate Modern à l’heure des Soviets avec cette expo intitulée “Tout le monde ne sera pas du voyage vers le futur”. Elle présente les oeuvres de Ilya et Emilia Kabakov. De grandes installations non dénuées d’humour sur cette époque particulière. L’exposition coïncide avec le centième anniversaire de la révolution d’octobre Juliet Bingham, commissaire de l’exposition : “Et bien le contexte dans lequel travaillent ces artistes reposait sur la situation soviétique, dans laquelle ils ont grandi avant d‘émigrer vers l’ouest. Et souvent leur travail explore les souvenirs et le contexte particulier dans lequel ils vivaient. L’une des caractéristiques du travail des Kabakov c’est cette idée de l‘évasion et aussi ce retour vers l’idée de l’utopie sur la façon dont il est possible d’y parvenir.” Emilia Kabakov : “Avant tout, nous venons d’un monde qui a essayé de changer la vie des gens et de créer une utopie plus grande que la vie. Pourquoi donc ne pas faire en sorte que le monde soit meilleur et que nos installations soient plus importantes ? Après tout la Russie était la première et la meilleure, même les montres russes étaient les plus rapides. Et donc nos installations sont les plus grandes.” “Tout le monde ne sera pas du voyage vers le futur”, exposition de Ilya et Emilya Kabakov, pionnier des installations artistiques, à la Tate Modern jusqu’au 28 janvier.