Vidéo

Le dernier dictateur d'Europe, bientôt à Bruxelles ? 74 video https://img.vidible.tv/prod/2017-11/14/5a0b34b685eb420d3a5b8770/5a0b34b51c41491bd0e7f54b_o_F_v0.jpg Faut-il dérouler le tapis rouge au dernier dictateur d’Europe ? A l’occasion du sommet du Partenariat oriental du 24 novembre, l’Union européenne a convié le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, au siège de la Commission. Mais le chef de la Biélorussie n’est pas n’importe quel homme d’Etat : il dirige le pays d’une main de fer depuis 1994. “Discuter avec lui, c’est mieux que de ne rien tenter. Mais d’un côté, j’ai été extrêmement choquée d’apprendre que, quelques semaines seulement avant l’ouverture du sommet à Bruxelles, le leader de l’opposition biélorusse avait été arrêté à Minsk”, commente l’eurodéputée allemande Rebecca Harms. Créé en 2009, le Partenariat oriental a pour but de rapprocher l’Union européenne et 6 pays d’Europe de l’Est ou du Caucase, tous issus de l’ancien bloc soviétique. Un rapprochement loin d’être au goût de la Russie, qui refuse de voir l’un de ses plus fidèles alliés aller, dans le giron rival. La dernière fois que Moscou avait sanctionné un rapprochement entre l’UE et un ancien pays soviétique, s’était soldée par l’annexion de la Crimée. Euronews French News World News 2017-11-14 18:17:52
Le dernier dictateur d'Europe, bientôt à Bruxelles ?
Faut-il dérouler le tapis rouge au dernier dictateur d’Europe ? A l’occasion du sommet du Partenariat oriental du 24 novembre, l’Union européenne a convié le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, au siège de la Commission. Mais le chef de la Biélorussie n’est pas n’importe quel homme d’Etat : il dirige le pays d’une main de fer depuis 1994. “Discuter avec lui, c’est mieux que de ne rien tenter. Mais d’un côté, j’ai été extrêmement choquée d’apprendre que, quelques semaines seulement avant l’ouverture du sommet à Bruxelles, le leader de l’opposition biélorusse avait été arrêté à Minsk”, commente l’eurodéputée allemande Rebecca Harms. Créé en 2009, le Partenariat oriental a pour but de rapprocher l’Union européenne et 6 pays d’Europe de l’Est ou du Caucase, tous issus de l’ancien bloc soviétique. Un rapprochement loin d’être au goût de la Russie, qui refuse de voir l’un de ses plus fidèles alliés aller, dans le giron rival. La dernière fois que Moscou avait sanctionné un rapprochement entre l’UE et un ancien pays soviétique, s’était soldée par l’annexion de la Crimée.