Vidéo

En Libye, les enfants des combattants de Daesh sont mis en prison 93 video http://img.vidible.tv/prod/2017-04/21/58fa29ce8c08e03a8c20839b/58fa29cec5ab0e20987b7892_o_F_v1.jpg Tamim Jaboudi est un petit garçon. Il a tout juste 3 ans et est emprisonné en Libye. Ses parents, tunisiens, ont quitté leur pays pour combattre dans les rangs de l’État islamique en Libye où Ils auraient été tués en février 2016 dans un bombardement américain sur la ville de Sabratha. Depuis plus d’un an, le grand-père tunisien de Tamim se bat pour pouvoir le récupérer. Sans succès. Il s’est rendu à plusieurs reprises en Libye. “La première fois que je l’ai rencontré, c‘était dans le bureau des gardiens. Il ne voulait pas m’approcher. Il a serré dans ses bras le gardien qu’il connaît très bien et auquel il est habitué. Les gardiens m’ont dit qu’ils l’aimaient bien et qu’ils veillaient sur lui parce qu’il est orphelin“. Au moins 600 enfants de combattants étrangers de différentes nationalités seraient revenus ou seraient encore dans les territoires sous contrôle de Daesh. La situation chaotique en Libye complique davantage leur retour comme celui des adultes dont beaucoup ne disposent pas de papiers d’identité valides selon Human Rights Watch. En Tunisie, l’Association de Sauvetage des Tunisiens bloqués à l‘étranger se bat pour le retour de 21 autres enfants comme Tamim, tous emprisonnés en Libye. L’association se bat aussi pour que des adultes puissent rentrer. Elle appelle les autorités tunisiennes à mettre en place des solutions de déradicalisation en cas de retour. Avec agence (AP) Euronews French News World News 2017-04-21 15:41:02
En Libye, les enfants des combattants de Daesh sont mis en prison
Tamim Jaboudi est un petit garçon. Il a tout juste 3 ans et est emprisonné en Libye. Ses parents, tunisiens, ont quitté leur pays pour combattre dans les rangs de l’État islamique en Libye où Ils auraient été tués en février 2016 dans un bombardement américain sur la ville de Sabratha. Depuis plus d’un an, le grand-père tunisien de Tamim se bat pour pouvoir le récupérer. Sans succès. Il s’est rendu à plusieurs reprises en Libye. “La première fois que je l’ai rencontré, c‘était dans le bureau des gardiens. Il ne voulait pas m’approcher. Il a serré dans ses bras le gardien qu’il connaît très bien et auquel il est habitué. Les gardiens m’ont dit qu’ils l’aimaient bien et qu’ils veillaient sur lui parce qu’il est orphelin“. Au moins 600 enfants de combattants étrangers de différentes nationalités seraient revenus ou seraient encore dans les territoires sous contrôle de Daesh. La situation chaotique en Libye complique davantage leur retour comme celui des adultes dont beaucoup ne disposent pas de papiers d’identité valides selon Human Rights Watch. En Tunisie, l’Association de Sauvetage des Tunisiens bloqués à l‘étranger se bat pour le retour de 21 autres enfants comme Tamim, tous emprisonnés en Libye. L’association se bat aussi pour que des adultes puissent rentrer. Elle appelle les autorités tunisiennes à mettre en place des solutions de déradicalisation en cas de retour. Avec agence (AP)